Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ciné : Une valse pour Monica

Biopic, drame de Per Fly (1h51), avec Edda Magnason, Sverrir Gudnason, Kjell Bergqvist

Film Suédois sur la vie de Monica Zetterlund, pour qui Bill Evans adaptera une légendaire valse. Une surprise désarmante cueille le cinéphile. Désarmante, au sens figuré et propre : Monica rend les armes à un moment de sa vie, et nous avec. Elle dit : « C’est fou ce que la vue est belle d’en haut ». Monica a de l’ambition pour deux : la sienne et celle que son père a remisée dans un placard. On accompagne sa lutte, on s’imprègne de ses tourments, complexes, paradoxaux et pourtant si audibles. Sa quête effrénée d’amour et de reconnaissance, parce qu’elle n’a jamais brillé dans le regard de sa famille. En particulier dans les yeux d’un père qui lui fait payer l’échec de sa propre existence. C’est l’histoire d’une mère, chanteuse de Jazz, Monica, déterminée, au point de délaisser sa petite fille, obstacle sur le chemin de la réussite. Ses grands-parents s’occupent de la gamine avec une vraie générosité, ce même couple qui n’a pas su aimer Monica. C’est l’histoire d’un père qui n’a cessé d’humilier sa fille, douée pour la musique. Monica vit au son des insultes proférées par ce père depuis qu’elle est enfant, et du silence d’une mère qui croit qu’un toit, un sapin de Noël et une cuisine dans une maison suffisent à une vie. Seule échappatoire pour Monica : le Jazz, dont les notes résonnent plus fort que les offenses et cette chape de plomb. Elle maîtrisera son destin, quel qu’en soit le prix. Elle rendra la Suède fière.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :