Polluer tue ! à la Roche Jaudy

Polluer tue ! La formule est choc, pas chic du tout. L’affiche représente un bébé étouffé par une mappemonde usagée en plastique, entourée d’un sac plastique. Le bébé n’est pas mort, juste étouffé. Un encart sous ses pieds potelés : "Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants."

Il ne tient qu’à nous d’offrir la vie à cet enfant. Ou de le laisser mourir. Cet enfant n’est pas virtuel : c’est le vôtre, le mien, celui de mon voisin, de ma sœur, celui à naître, le petit-fils, l’arrière petite-fille.

 

Cette affiche provocatrice introduit une exposition qui démarre le 5 juillet, jusqu’au 30 septembre, à la Roche Derrien et les communes de la communauté de la Roche Jaudy (Hengoat, Pouldouran, Pommerit Jaudy), dirigée par Jean-Louis Éven à l’initiative de cette campagne qui décoiffe, puisque les seuls discours ne suffisent plus. Trente panneaux viendront ponctuer le paysage fleuri et authentique des Côtes d’Armor. Une autre affiche complète le dispositif, au slogan pas moins redoutable : « Tu t’es vu quand tu pollues ? » sur une affiche-miroir où chaque citoyen peut se reconnaître laissant tomber un papier, un mégot, une bouteille, ici ou là.

 

Le maire veut sensibiliser, comme il l’a déjà fait. La commune dont il a été maire avant le rattachement (La Roche Derrien) est réputée pour avoir fait appel à un druide en lieu et place des médecins qui avaient fini par déserter le village. Plus de médecins ? pourquoi pas un druide ! Si les habitants et les touristes peuvent se satisfaire d’un cabinet médical sans toubibs, ils peuvent tout autant s’accommoder d’un druide. L’initiative a fait réagir. La presse s’est emparée de la fake news (le druide était un comédien). Des médecins ont réfléchi et ont proposé de s’installer. Après discussions, un cabinet a été racheté par la mairie qui s’est occupée de trouver des financements et subventions. Les médecins versent un loyer, ils ne sont plus engorgés et les soins ont repris. Jean-Louis Éven est aussi l’un des précurseurs du Zéro phyto. Chaque habitant peut demander son verre à usage unique pour les fêtes et festivals, par exemple. Un arrêté municipal stipule désormais que les verres sont fournis gratuitement, sans consigne, dans un état d’esprit civique. Les associations disposent de verres, couverts, assiettes compostables à titre gratuit. Des sacs sont offerts aux randonneurs, souvent les premiers témoins ahuris des déchets disséminés le long des GR. Chacun, à sa manière, est invité à participer à l’effort collectif et devient acteur de sa propre transition et celle du voisin (La Roche Derrien, c’est 2761 habitants). Les cimetières sont enherbés et aménagés en véritables lieux de sérénité. Des circuits courts sont respectés pour desservir la cantine et la mairie travaille avec les producteurs locaux.

 

Pour les habitants, le maire s’inscrit dans une logique d’achats groupés, incitant la population à s’unir pour consommer autrement et vivre mieux. Une offre électrique « verte » fournit l’exacte quantité aux usagers. Une offre d’assurance avec mutuelle sociale et solidaire est proposée, accompagnée d'une assurance responsabilité pour l’habitation et l’automobile. Les bons culture existent déjà. En termes de culture, les communes ne sont pas les dernières à s’impliquer dans leur époque : visites interactives, immersives (tablettes), en son binaural (3D) pour une plongée en réalité augmentée dans le domaine seigneurial et les batailles qui constituent le patrimoine. Marchés animés, fêtes, concerts, expositions dans le nouveau centre contemporain « La Maladrerie. »

 

Le maire n’a peur de rien. Il ose, il dénonce. Curieux, il expérimente. Il a invité un collectif d’auteurs pendant 10 jours, à l’initiative de Pascal Rueff (agence du verbe), pour créer une fiction sonore avec du son binaural, en lien avec les habitants. La restitution publique est prévue mardi 9 juillet à 19h, dans la salle des fêtes qui sera plongée dans le noir. Chaque invité sera équipé d’un casque stéréo pour vivre de l’intérieur. Fonceur, il agit. La mairie a récemment fait connaître son intention de porter plainte contre La Poste qui voulait réduire sa présence postale, en dépit du contrat conclu, au motif que les plages horaires du bureau ne correspondait plus aux usages des citoyens. Or, La Poste demeure le premier lien social et pour le maire, très attaché au service public, la disparition même partielle du bureau n’était pas concevable. Sa réaction a interpellé le groupe qui a maintenu son service pour cette commune la plus peuplée du canton. Le maire est aussi est à l’origine d’un livret des citoyens qui rappelle droits et devoirs (disponible à la rentrée).

 

Jean-Louis Éven n’est pas un orateur, il ne passe pas son temps en réunions. Il discute avec ses citoyens et amis. Il n’est pas d’accord avec les agriculteurs ? Cela ne l’empêche pas de prendre l’apéritif avec eux. Quant on lui demande, cependant, s’il se présente aux municipales pour un 3ème mandat, il ne répond pas vraiment mais, comme l’homme ne pratique pas la langue de bois, il lance : « Je ne sais pas, je n’ai pas décidé. C’est pas facile tous les jours, ça use. » À suivre...

 

Polluer tue : communes de la communauté de La Roche Jaudy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
ikevorkian © 2008 -  Hébergé par Overblog